Recipes

Porc braisé à l’hawaïenne

English speakers: we posted this same recipe on Tag: Wine recently: Tag: Wine >> Hawaian Pork Shoulder Recipe.

Cette recette est-elle véritablement hawaïenne? Peut-être pas au sens traditionnel du terme (amis Québécois, on est très loin de la pizza au jambon et ananas), mais elle nous vient tout de même directement d’un des meilleurs restaurants de l’archipel, le Merriman’s (via Bon Appétit).

Hawaïi ou non, il s’agit d’un excellent moyen de passer un après-midi d’hiver et, je dirais même, d’y ajouter un peu de soleil. Pour être bien tendre, la viande doit mijoter au four pendant un minimum de deux heures mais croyez-moi, ça vaut la peine.

Donne 4 portions

TEMPS DE PRÉPARATION: 1 heure

TEMPS TOTAL: 4 heures

Porc:
  • 2 cuillères à café de graines de fenouil
  • 1 cuillère à soupe de paprika fumé
  • 2 c. à thé de cassonade
  • 1 cuillerée à thé de piment rouge broyé
  • 1  1 / 2 lb  (environ 750 grammes) d’épaule de porc désossée
  • 1 / 4 tasse d’huile végétale
  • 3 tasses de bouillon de poulet sans sel
Pâtes:
  • 350 grammes de cavatelli ou autres pâtes tubulaires (des penne ou des rigatonis, par exemple)
  • 2 c. à soupe de beurre
  • 2 gousses d’ail pressées
  • 2 tasses de tomates , coupées en dés
  • 8 tasses (225 g) de roquette
  • 1  1 / 4 tasses de fromage de chèvre grossièrement émietté (environ 150g), divisé

Préchauffer le four à 375 ° F.

Mettre les graines de fenouil dans un sac en plastique refermable, fermer le sac et écraser les graines avec un objet lourd (une bouteille de vin ou un rouleau à pâte, dépendemment de vos activités favorites…)

Mélanger les graines de fenouil, le paprika fumé, la cassonade, le chili broyé, 3/4 c. à thé de sel et 1/4 c. à thé de poivre noir dans un petit bol à mélanger.

Placer le porc sur une feuille de papier d’aluminium. Saupoudrer le mélange d’épices sur le porc sans avoir peur de bien presser afin que les épices adhèrent à la viande. Chauffer l’huile dans lune cocotte, à feu moyen-élevé. Ajouter le porc l’y faire revenir de tous les côtés, de 8 à 9 minutes, jusqu’à ce que la viande soit bien dorée.

Ajouter 3 tasses de bouillon et les épices restés sur le papier d’aluminium; porter à ébullition. Couvrir et mettre au four. Laisser mijoter jusqu’à ce que le porc soit très tendre, le tournant toutes les 30 minutes, pour un temps total d’environ 2 heures.

Retirer du four. Découvrir et laisser refroidir 1 heure.

Couper le porc en morceaux d’environ 2cm cubes. À l’aide d’une cuillères, écumer le gras de la sauce puis y remettre les cubes de porc.

Faire cuire les pâtes dans une grande casserole d’eau bouillante salée jusqu’à ce qu’elles soient tendres mais encore fermes à mordre, en remuant de temps en temps. Égoutter les pâtes. Mettre de côté.

Faire fondre le beurre dans une grande poêle à feu moyen-élevé. Ajouter l’ail dans la poêle et cuire 30 secondes. Ajouter les tomates et la roquette et mélanger jusqu’à ce que la roquette flétrisse, 2 à 3 minutes.

Ajouter les pâtes égouttées au mélange tomates-roquette et bien mélanger (1 minute).

Ajouter 1 tasse (100g) de fromage de chèvre émietté dans la poêle et mélanger jusqu’à ce que le fromage ramolisse légèrement, environ 1 minute. Assaisonner au goût.

Transférer les pâtes dans un grand bol. Y ajouter le porc et sa sauce, (quantité à votre discrétion, moi j’en ai laissé pour les sandwiches le lendemain et je ne le regrette pas…).

Au service, saupoudrer du reste de fromage de chèvre et d’une pincée de chili broyé, pour faire joli.

Advertisements

Recette de gazpacho

C’est la saison du gazpacho! Il y a quelque chose dans l’air à New York en août qui me donne envie de me nourrir exclusivement de soupes froides. Légumes, mixette, point.

Ce soir, je me suis attaquée au gazpacho, mon premier depuis des années (il y a quelque chose dans l’air à Londres au mois d’août qui ne donne absolument pas envie de manger de la soupe froide…) et la pesanteur de l’air m’a convaincue d’improviser un peu et d’y aller sans pain, question de rendre la soupe la plus légère possible.

C’est satisfaisant, c’est rafraîchissant et c’est pret en un tournemain. Si vous désirez un peu plus de substance, servez avec un pain à l’ail ou du yaourt nature.

Gazpacho Andaluz
Pour 4 personnes – adapté de The Kitchn

1 1 / 2 à 2 livres de tomates mûres en quartiers
2 cuillères à soupe de vinaigre de Xérès
1 / 2 tasse d’huile d’olive extra vierge
2 petites gousses d’ail, hachées
Une pincée de cumin en poudre (facultatif)
Une pincée de poivre de cayenne (facultatif)
Sel de bonne qualité
1 concombre de taille moyenne bien ferme, coupé en dés
1 petit poivron rouge, coupé en dés
1 petit poivron vert coupé en dés
1 / 2 petit oignon rouge  haché

1. Dans le bol d’un robot culinaire, mélanger le vinaigre, l’ail haché, le cumin, le poivre de cayenne (si désiré) et le sel. Ajouter la moitié des tomates et mélanger jusqu’à très lisse.

2. Ajouter la moitié des légumes, une généreuse pincée de sel et 1 / 4 tasse d’huile d’olive; jusqu’à consistance lisse. Transférer dans un grand bol et réserver. Répéter l’opération avec un autre lot de légumes et l’huile d’olive.

3. Assaisonnez au goût et voilà!

Photo par ali wade

Pâtes à l’amatricienne

Probably our favorite Mario Batali pasta, we’ve made this Bucatini all’Amatriciana recipe for numerous guests and never tire of it. You can find the original from the master himself right here.

Si on vous a déjà invités à manger à la maison, les chances sont qu’on vous ait déjà concocté cette recette de pâtes. Préparation hyper simple, ingrédients qui se trouvent en un tournemain (pancetta, sauce tomate maison, onion rouge) et une combinaison de saveurs qui rend le tout assez festif pour des invités.

C’est une recette tirée du bon vieux livre de Mario Batali duquel je vous avais déjà parlé pour son poisson en croûte de sel, son fritto misto, sa sauce tomate de base et son spaghetti sauce aux olives vertes – une autre recette désarmante de simplicité.

Pour 4 personnes:

¼ tasse d’huile d’olive extra-vierge
300 grammes de guanciale, de pancetta ou de bacon tranché en juliennes
1 oignon rouge, coupé en deux dans le sens de la longueur puis tranché en quartiers toujours reliés à la base
3 gousses d’ail, tranchées
1 ½ c. à thé flocons de piment rouge
2 tasses de sauce tomate de base
500g de spaghetti
Pecorino romano fraîchement râpé

Mettre un chaudron d’eau sur le feu et porter à ébullition.

Pendant ce temps, mélanger l’huile d’olive, l’ail et les flocons de piment rouge dans une grande casserole et cuire à feu doux jusqu’à ce que l’oignon ait ramolli et que la guanciale ait rendu une grande partie de sa graisse, environ 12 minutes.

Ajouter la sauce tomate, porter à ébullition et laisser mijoter pendant 6 à 7 minutes.

Pendant que la sauce mijote, faire cuire les pâtes dans l’eau bouillante pendant environ une minute de moins que ce qui est recommandé par le fabricant afin qu’elles soient encore bien fermes.

Ajouter les pâtes dans la sauce et remuer pendant environ 1 minute pour bien enrober. Diviser entre quatre bols et servir garni de pecorino.

Obtenez la recette du maître lui-même ici, ou de Miss Diane par ici.

Photo par databhi sur Flickr

Ragoût de boeuf aux carottes et à la menthe

En français sous l’intro.

Mint and carrot beef stew – Somehow, this is a recipe I always pull out of my archives right before a big change. The first time was a few days before we moved to London – we paired it with this bottle of Zinfandel which, as you can see, had spent quite a lot of time in the bottom of a cool closet. This recipe was straight out of Bon Appetit magazine and you can find it here.

En 2007, servi avec un Zinfandel acheté lors de notre lune de miel et retrouvé au fond d'un garde-robe, juste avant le départ pour Londres.

Certains le savent peut-être, mais après 4 mois de travail à la pige en direct de chez-moi, j’ai accepté un nouveau défi et ai récemment commencé un “vrai travail” comme le dit D. Pour la première fois de ma vie, je suis la titulaire d’une belle carte de métro mensuelle (je suis toujours allée au travail à pied), je m’entasse 2 fois par jour dans un train rempli de jeunes Brooklynois branchés (pas moi, eux), j’émerge à Union Square, remonte la 5e Avenue et, telle une vraie, passe mes avants-midi à observer les tweets des restaurants mobiles et la Shack Cam du Shake Shack. Attention, je me suis même acheté un beau trench noir pour me donner un peu de crédibilité.

Bref, question de passer mon stress pré-emploi, j’ai passé la semaine dernière à cuisiner. J’ai complètement oublié ce que c’est que de ne pas avoir un horaire hyper flexible (lire avoir tout le temps du monde pour faire tout ce que je veux quand je le veux) et je panique un peu à l’idée de rentrer chez-moi à 20h à tous les soirs, épuisée, affamée et sans rien dans le frigo – moi? Avec un frigo vide? Oui, je sais, mais bon. L’anxiété ne se raisonne pas.

Bref, j’ai cuisiné des plats que je peux facilement congeler pour les temps durs. J’ai ressorti un petit ragoût de boeuf à la marocaine de mes archives. Bizarrement, c’est une recette que je ressort toujours en temps de changements. Si vous la faites, vous pourrez peut-être m’expliquer pourquoi?

Ragoût de boeuf aux carottes et à la menthe, inspiré du magazine Bon Appétit de mars 2007 (la recette en français est au bas de la page).

With a Little Help From Our Friend – What Would You Cook?

At this point you probably all know that we love to cook – and to eat. You probably also all know that we have spent the past month camping in our new Brooklyn apartment, still waiting for our stuff to arrive from London (it was due in early December).

Photo from Kirey on Flickr

What you may not know is that we know some pretty cool people. And by cool, I mean generous. Take Maggie for example. She loves food too. And she is meant to be an amazing cook – I mean anyone who has a meat smoker in their backyard gets our respect but Maggie and her husband actually spend weekends sleeping on shifts when they smoke meat, to make sure they can keep an eye on it. She also has a great food blog and is even on Mashable’s list of Foodies one should follow on Twitter. How about that?

Well Maggie heard about our current cooking plight and decided to help us. Christmas is all about helping people in need, after all.

Read Maggie suggestions in her aptly named post, Dennis and Chloe Need YOUR Help on her blog, Eat Boutique.

Food We Miss – Pho Ba

It’s cold out. I work from home and spend most of my days sitting at our new kitchen table, in our empty apartment (remember how we do not have our stuff from London yet?), typing. The shock of coming back combined with the cold of the New York City winter – and it’s a cold one this year, believe me – makes me really miss what had become a daily occurrence when we were in Vietnam and Laos: Pho Ba.

Pho Ba is a fancy way to say Vietnamese beef noodle soup. While it’s readily available all over the world, we believe that this 13 year-old girl in Hanoi made the best version on earth.

It may have been the ridiculous heat , her smile when I got up and ran to the ice-bucket to show her that we did not need ice cubes in our beer, or simply the contrast between this seemingly dirty hangar/restaurant and the intricate, bold yet smooth flavour of the soup, but I swear this girl makes the best soup in the world.

We recently hung out with Jodi of Legal Nomads and agreed that pho could easily fall in the mysterious category of food that is usually better when someone else cooks it for you. We also included dumplings, empanadas, roti canai and the bacon cheeseburger we were devouring in that category. The next morning, I was up at 7, desperately trying to find the best recipe for all of the above listed items.

Does Pho really belong in that category? Well, I am not sure yet, but finding out definitely is on our list for 2010.

Want to help us figure it out? Try this detailed recipe from Jade’s Steamy Kitchen and then move on to this tempting list of the most authentic Pho recipes on the web, on aptly named LovingPho.com.


Oh and let us know what you think!

Pérou et ceviche

Leaving Peru for Chile tonight, we are a bit sad to leave the land of ceviche. Here are a few links to some recipes but they all seem to be more Mexican inspired than Peruvian. Do you have any good Peruvian ceviche recipes? Please share in the comments!

On nous a raconté toutes sprtes d’histoires d’horreur sur le Pérou: c’est hyper dangereux, tout le monde veut vous arnaquer, vous n’allez manger que des pommes de terre et rien d’autre… Et bien non, non et non. À la veille de notre départ pour le Chili, nous nous sentons plutôt nostalgiques.

Picnik collage

Nous avons beaucoup aimé le Pérou et avons trouvé les Péruviens très chaleureux. Oui, il faut faire attention, mais pas plus (probablement moins) qu’ailleurs – à moins que ça soit la barbe de D qui ait tenu les malfrats au loin? Oui, les agences sont rapaces mais c’est comme partout ailleurs et on n’a eu recours à leurs services qu’une seule fois. Finalement, oui, il y a beaucoup de pommes de terre mais il y a aussi le ceviche. Et mon Dieu qu’il va nous manquer celui-là.

Qu’est-ce que c’est exactement, un ceviche? C’est tout simplement une sélection de poissons et/ou de fruits de mer, crus et marinés dans un mélange d’acides (jus de lime ou de citron par exemple) et d’épices. Il ‘y a pas de recette unique, le jus varie de famille en famille, de région en région et de restaurant en restaurant. Il s’agit d’en essayer plusieurs et de trouver son favori!

Je n’ai jamais fait de ceviche à la maison mais après m’en être gavée au Pérou, j’ai bien hâte de mettre ces quelques recettes à l’essai:


En français:

Ceviche lime et citron chez Banlieusardises, avec beaucoup de légumes et assaisonné à la coriandre

Chez Ricardo, une version un peu plus élégante: le tiradito, qui s’apparente au crudo italien. Un ceviche dans lequel le poisson est coupé en fine tranches. Excellent, masi demande un peu plus de temps.

En anglais:

Une version qui s’inspire des saveurs du Mexique et une autre aux crevettes chez Simply Recipes

Un classique au poisson de chez Epicurious.

Ces versions sont cependants toutes plus proches du style mexicain que du style péruvien, plus épuré, normalement avec maïs, pomme de terre et onions comme seuls légumes. Vous en avez une bonne recette? Je suis preneuse!

Dinner inspiration – Nyonya style

For those who do not know what to make for dinner tonight, how about some nyonya noodles?

Chinese food in Malaysia is called nyonya, which is from the Straits Chinese, Chinese descendants of settlers who came to the area during th Ming dynasty.
Nyonya food contains many of the traditional ingredients of Chinese food and Malay spices and herbs but is eclectically seasoned and different than either Chinese or Malay food. Think of it as the ultimate fusion cooking!

For some inspiration, here is one page from the menu at a delicious hole-in-the-wall we ate at in Kulala Lumpur’S Chinatown yesterday.

Kuala Lumpur J1 036

If you feel adventurous, you may want to try to recreate what was definitely one of the top 5 pork dishes we’ve had: melt in your mouth BBQ pork…

Kuala Lumpur J1 038

Let us know what the results are – and we want that pork recipe if you find one!

More Nyonya recipes:

Malaka Nyonya Laksa from Anatomy of the Mind blog

Nyonya Grilled Shrimp with Coconut Sauce from Food and Wine

An entire – beautiful – website dedicated to nyonya recipes Nyonya Food

Eating in Dali – Things I Miss About China

We had great food in China Dali… I could really go for one of these right now.

The officially MSG-free dumplings made by the women of a large family in a tiny, tiny shop just off the West Gate.

Dali Food

The ridiculously overpriced but oh so delicious fried yak meat with chilies from Jim’s Tibetan Café.

The famous Across the Bridge Noodles in the large restaurant at the intersection of Foreigners street and the main tourist street.

Organic cocktails in the East Village

After spending most of the weekend satisfying our craving for American microbrews, we stopped by Counter, an East Village institution at 6 years old, and were quite pleased with their cocktail selection.

 

June 2009 113

Specializing in organic drinks and vegetarian cuisine, Counter has a beautiful round bar and their drinks menu is refreshing: beers are from organic breweries from all over the world while most cocktails are based on homemade flavoured vodkas.

While D sampled some California organic beers (just tell him "We only have 3 left in stock" and he’ll order anything, really),I picked a very, very pink cosmo-style drink which I can’t wait to recreate at home once we start making our own vodka infusions (oh yes, we will): lavender-rosemary infused vodka, cranberry juice and soda, topped with a flamed-roasted rosemary sprig and a fresh cranberry.

June 2009 111

Oh and they have a free bar snacks policy as well – and when I say snack, I say, for example, cold asparagus tapas I will crave for the next 6 months.