recettes

Pâtes à l’amatricienne

Probably our favorite Mario Batali pasta, we’ve made this Bucatini all’Amatriciana recipe for numerous guests and never tire of it. You can find the original from the master himself right here.

Si on vous a déjà invités à manger à la maison, les chances sont qu’on vous ait déjà concocté cette recette de pâtes. Préparation hyper simple, ingrédients qui se trouvent en un tournemain (pancetta, sauce tomate maison, onion rouge) et une combinaison de saveurs qui rend le tout assez festif pour des invités.

C’est une recette tirée du bon vieux livre de Mario Batali duquel je vous avais déjà parlé pour son poisson en croûte de sel, son fritto misto, sa sauce tomate de base et son spaghetti sauce aux olives vertes – une autre recette désarmante de simplicité.

Pour 4 personnes:

¼ tasse d’huile d’olive extra-vierge
300 grammes de guanciale, de pancetta ou de bacon tranché en juliennes
1 oignon rouge, coupé en deux dans le sens de la longueur puis tranché en quartiers toujours reliés à la base
3 gousses d’ail, tranchées
1 ½ c. à thé flocons de piment rouge
2 tasses de sauce tomate de base
500g de spaghetti
Pecorino romano fraîchement râpé

Mettre un chaudron d’eau sur le feu et porter à ébullition.

Pendant ce temps, mélanger l’huile d’olive, l’ail et les flocons de piment rouge dans une grande casserole et cuire à feu doux jusqu’à ce que l’oignon ait ramolli et que la guanciale ait rendu une grande partie de sa graisse, environ 12 minutes.

Ajouter la sauce tomate, porter à ébullition et laisser mijoter pendant 6 à 7 minutes.

Pendant que la sauce mijote, faire cuire les pâtes dans l’eau bouillante pendant environ une minute de moins que ce qui est recommandé par le fabricant afin qu’elles soient encore bien fermes.

Ajouter les pâtes dans la sauce et remuer pendant environ 1 minute pour bien enrober. Diviser entre quatre bols et servir garni de pecorino.

Obtenez la recette du maître lui-même ici, ou de Miss Diane par ici.

Photo par databhi sur Flickr

Ragoût de boeuf aux carottes et à la menthe

En français sous l’intro.

Mint and carrot beef stew – Somehow, this is a recipe I always pull out of my archives right before a big change. The first time was a few days before we moved to London – we paired it with this bottle of Zinfandel which, as you can see, had spent quite a lot of time in the bottom of a cool closet. This recipe was straight out of Bon Appetit magazine and you can find it here.

En 2007, servi avec un Zinfandel acheté lors de notre lune de miel et retrouvé au fond d'un garde-robe, juste avant le départ pour Londres.

Certains le savent peut-être, mais après 4 mois de travail à la pige en direct de chez-moi, j’ai accepté un nouveau défi et ai récemment commencé un “vrai travail” comme le dit D. Pour la première fois de ma vie, je suis la titulaire d’une belle carte de métro mensuelle (je suis toujours allée au travail à pied), je m’entasse 2 fois par jour dans un train rempli de jeunes Brooklynois branchés (pas moi, eux), j’émerge à Union Square, remonte la 5e Avenue et, telle une vraie, passe mes avants-midi à observer les tweets des restaurants mobiles et la Shack Cam du Shake Shack. Attention, je me suis même acheté un beau trench noir pour me donner un peu de crédibilité.

Bref, question de passer mon stress pré-emploi, j’ai passé la semaine dernière à cuisiner. J’ai complètement oublié ce que c’est que de ne pas avoir un horaire hyper flexible (lire avoir tout le temps du monde pour faire tout ce que je veux quand je le veux) et je panique un peu à l’idée de rentrer chez-moi à 20h à tous les soirs, épuisée, affamée et sans rien dans le frigo – moi? Avec un frigo vide? Oui, je sais, mais bon. L’anxiété ne se raisonne pas.

Bref, j’ai cuisiné des plats que je peux facilement congeler pour les temps durs. J’ai ressorti un petit ragoût de boeuf à la marocaine de mes archives. Bizarrement, c’est une recette que je ressort toujours en temps de changements. Si vous la faites, vous pourrez peut-être m’expliquer pourquoi?

Ragoût de boeuf aux carottes et à la menthe, inspiré du magazine Bon Appétit de mars 2007 (la recette en français est au bas de la page).

Lazy spring vegetables stew – Pot-au-feu de légumes printaniers à la paresseuse

Texte en français sous la photo.

I waited over 2 years to make this New York Times recipe. It was published just as I moved to London and I bookmarked it, just as I bookmarked Deb’s version a few weeks later when she did it on Smitten Kitchen. I was counting on my marvelous Abel&Cole weekly delivery to bring me the right ingredients, all at the same time and in the right quantity, but it never happened. Through that box, I discovered that carrots, potatoes and bananas are huge staples of British cooking – they really seemed to ALWAYS be in season! – but I never saw a single artichoke.

I cooked with what I had on hand, always  keeping an eye out for the rigth ingredients to come out of the box but instead I discovered quite a variety of squashes, greens, cabbage and potatoes. I moved, cancelled my Abel&Cole box, and, last Sunday, when I once again got really annoyed at the price of artichokes (£2,19 each, for things that would take half an hour of prep work each, and are not even local?!!), I decided that that was it, I was going to make that recipe once and for all and just used good old cans and frozen vegetables! Well you know what? It was absolutely delicious and I just made it again!  So don’t hesitate to go here and start with step 3 (yes, the last one), this is a beautiful spring recipe to make if you want to spend some time outside of the kitchen!

Recettes Mai 2009 015

Il y a bien longtemps que j’ai ajouté cette recette du New York Times a mes favoris. Elle avait en effet été publiée en mai 2007, puis reprise par Deb chez Smitten Kitchen quelques semaines plus tard. Je venais tout juste de m’installer a Londres, je découvrais le Borough Market et j’avais alors beaucoup de temps pour naviguer les blogs à la recherche de recettes. Excitée de découvrir un nouvel environnement et de nouvelles habitudes culinaires, j’attendais avec impatience le jour où mon merveilleux abonnement à Abel & Cole, sur lequel je comptais pour me familiariser avec l’agriculture bio locale au rythme d’une livraison surprise par semaine, allait m’apporter assez de fèves de Lima et d’artichauts pour cette superbe recette de saison.

Les semaines ont passé, les carottes, pommes de terres et bananes se sont accumulées (je n’ai jamais autant fait de pains aux bananes ou de recettes à base de carottes – merci Ninnie et la Belle au blé dormant!), les tartes aux carottes sont devenues salades puis soupes, j’ai déménagé et toujours pas d’artichauts!!

Finalemennt, 2 ans plus tard, j’ai perdu un peu de mes principes (et j’en ai soupé des légumes à £2 l’unité!) et, dimanche dernier, j’ai senti l’appel du printemps et de ce pot-au-feu printanier. Que je n’aie utilisé que des légumes congelés et des artichauts en conserve pour ce faire ne me dérange pas un poil: c’est savoureux, santé et en plus j’ai pu passer l’après-midi au soleil plutôt qu’à écosser des petits pois dans ma cuisine!

Évidemment, si j’avais un beau jardin ensoleillé où m’asseoir, des légumes frais à profusion et un verre de rosé, j’irais avec la recette originale, ici, juste pour voir si c’est meilleur. D’ici là (un jour, un jour!), la version ci-dessous restera un classique.

1 boîte de coeurs d’artichauts (dans l’eau, pas dans l’huile)
1 1/2 t de fèves de lima congelées (environ 375ml)
100 ml d’huile d’olive
1 gros onion en dés
2 c table d’orégan séché (ou une branche d’orégan frais)
60 g de lardons
Sel
2 c (500ml) de petits pois congelés
1/4 t de persil haché (100ml)
2 c table de menthe fraîche hachée
Poivre frais moulu

Faire chauffer l’huile d’olive dans un grand chaudron. Y ajouter l’onion, l’orégan et les lardons. Cuire jusqu’à ce que l’onion devienne transparent, environ 10 minutes.

Drainer les artichauts et les ajouter aux onions avec 500ml d’eau et une grosse pincée de sel. Porter à ébullition puis laisser mijoter de 15 à 20 minutes, de façon à ce que les artichauts ne soient pas trop mous.

Ajouter les fèves de lima et les petits pois et cuire 3-4 minutes.

Retirer du feu, mélanger le persil et la menthe, assaisonner de poivre et de sel et servir avec un filet d’huile d’olive.

Excellent seul ou avec une base de quinoa.