chicken

Poulet provençal – Provencal Chicken

Est-ce que mon 1ooe post sera une reprise? Et oui! Mais bon, il s’agit d’un  classique découvert l’an dernier que je refais régulièrement quand j’ai envie de classe, là là, rapidement, et qui reçoit beaucoup trop peu d’attention caché tout au fond du blog.

Yes, a remake!I have claimed it before, but this is serious competition for the title of Best Chicken in the World. Let’s call it the best weeknight chicken ever. It is crazy cheap and takes about 30 seconds of preparation. The only thing is that you need to be able to wait 1 hour while it cooks itself in the oven. Cook-itself. That’s why this 100th post is a remake!

photo by: Romulo Yanes fro Gourmet Magazine

photo by: Romulo Yanes for Gourmet Magazine

Here is a link to the English version of this Poulet Provencal from the March 2008 edition of Gourmet magazine. Note that I have used fresh herbs – double the amount asked for here – and that next time I will make it, I will definitely double up the amount of vegetables as well.

Bon bon, je sais, j’ai déjà clamé avoir la recette pour le meilleur poulet au monde mais je lui ai trouve un sérieux compétiteur. Disons que celui-ci est le meilleur poulet au monde pour un soir de semaine. Où le meilleur poulet sans sauce à la crème, ce qui est toujours un point à considérer quand ons e prépare à aller passer une semaine dans un club tout inclus de Cancun avec sa belle-famille. Il s’agit d’une recette qui se prépare en 3 secondes et qui ne coûte à peu près rien – à part le dit poulet et ça mes amis, à Londres, ça varie entre $4 et presque $30 (oui oui, pour la même taille!)*, à vous de décider mais je vous dis que cette recette est excellente même avec ce que j’appellerais “le poulet de base” (c’est que je fais mes courses chez Waitrose moi alors le poulet bas de gamme chimique, il n’ont pas ça, tut tut tut s’cusez!)

Ça fonctionne aussi très bien avec des morceaux de poulet (6 à 8) que l’on mélange simplemnent avec le reste avant de cuire jusqu’à ce que la peau soit bien dorée.

La recette est tirée du Gourmet que j’ai acheté en février 2008 à San Francisco – oui, le même magazine qui contenait l’autre recette de poulet. Notez que j’ai doublé tout ce qui était légumes mais je vous donne ici une traduction de l’originale.

1 lb (500g) de tomates fraîches coupées en quartiers – en fait en 8
1 gros onion aussi coupé en 8 verticalement, de facon a laisser les couches attachees a la base
1/2 tasse (125 ml) d’olives noire, idéalement dénoyautées
4 gousses d’ail tranchées + 1 émincée
3 c. table d’huile d’olive, séparées
2 c. a thé d’herbes de Provence – j’ai utilisé 2 c. table de thym frais et 2 de romarin frais
1/2 c thé de graines de fenouil
1 poulet entier d’environ 3 livres (entre 1 et 1,5 kilos)

Pre-chauffer le four a 200 C .

Dans un grand plat allant au four, mélanger les tomates, l’onion, les olives, l’ail tranché, 2 c. table d’huile, la moitié des herbes de Provence et les graines de fenouil. Saler et poivrer, répartir sur les côtés du plat afin de faire de la place pour le poulet au centre.

Mélanger l’ail emincé, 1 c. thé de sel, 1/2 c. a thé de poivre et le reste des herbes de Provence avec la c. table d’huile d’olive restante.

Rincer et sécher le poulet et bien l’enrober du mélange d’herbes et d’huile, à l’intérieur et a l’extérieur. Le placer au centre du plat de cuisson, idéalement avec le bout des cuisses attachées pour qu’il se tienne bien.

Rôtir au four jusqu’è ce qu’un thermomètre inséré au centre d’une cuisse – sans toucher aux os – marque 80 degrés celsius, environ 1 heure.

Sortir du four et attendre une dizaine de minutes avant de servir.

*note de 2009: Ah, mais comme la livre anglaise a baissé depuis!!