Peru

C’est le printemps! – Randonnée dans la Vallée de Santa Cruz

Spring is here! Last time I have seen weather like this, I was in Peru and was lucky enough to be trekking the stunning Santa Cruz Valley with these folks.

C’est le printemps! En fait je ne sais pas chez-vous mais à New York, il fait beau! Beau comme dans “Non mais qui a besoin de l’été quand on a des jours comme ça?” (les canicules d’été l’été à New York me déplaît particulièrement).

J’adore le printemps. J’ai de la chance: c’est mon troisième ces douze derniers mois, chaque fois sur un continent différent (Oh mais comment vais-je survivre à la vie normale après tout ça?!!!).

La dernière fois que j’ai vu une journée comme aujourd’hui, c’était au Pérou, lors d’un magnifique trek dans la vallée de Santa Cruz. Je sais, j’en ai déjà parlé ici mais vous n’avez pas vu ces photos et, vraiment, c’est la meilleure façon de vous décrire le temps qu’il fait cette semaine à New York.

Ça donne des envies de printemps, non?

On me dit que c’est aussi le printemps à Montréal et à Londres, mais pas encore à Paris, je me trompe?

Les détails:

  • Auberge à Lima: One Hostel, un havre de paix à Barranco
  • Bus de nuit vers Huaraz avec une compagnie recommandée par One Hostel, moins cher que Cruz del Sur.
  • Trek et hébergement à Huaraz avec Mountclimb Travel and Adventure (guide Miguel Ochoa)

Pérou et ceviche

Leaving Peru for Chile tonight, we are a bit sad to leave the land of ceviche. Here are a few links to some recipes but they all seem to be more Mexican inspired than Peruvian. Do you have any good Peruvian ceviche recipes? Please share in the comments!

On nous a raconté toutes sprtes d’histoires d’horreur sur le Pérou: c’est hyper dangereux, tout le monde veut vous arnaquer, vous n’allez manger que des pommes de terre et rien d’autre… Et bien non, non et non. À la veille de notre départ pour le Chili, nous nous sentons plutôt nostalgiques.

Picnik collage

Nous avons beaucoup aimé le Pérou et avons trouvé les Péruviens très chaleureux. Oui, il faut faire attention, mais pas plus (probablement moins) qu’ailleurs – à moins que ça soit la barbe de D qui ait tenu les malfrats au loin? Oui, les agences sont rapaces mais c’est comme partout ailleurs et on n’a eu recours à leurs services qu’une seule fois. Finalement, oui, il y a beaucoup de pommes de terre mais il y a aussi le ceviche. Et mon Dieu qu’il va nous manquer celui-là.

Qu’est-ce que c’est exactement, un ceviche? C’est tout simplement une sélection de poissons et/ou de fruits de mer, crus et marinés dans un mélange d’acides (jus de lime ou de citron par exemple) et d’épices. Il ‘y a pas de recette unique, le jus varie de famille en famille, de région en région et de restaurant en restaurant. Il s’agit d’en essayer plusieurs et de trouver son favori!

Je n’ai jamais fait de ceviche à la maison mais après m’en être gavée au Pérou, j’ai bien hâte de mettre ces quelques recettes à l’essai:


En français:

Ceviche lime et citron chez Banlieusardises, avec beaucoup de légumes et assaisonné à la coriandre

Chez Ricardo, une version un peu plus élégante: le tiradito, qui s’apparente au crudo italien. Un ceviche dans lequel le poisson est coupé en fine tranches. Excellent, masi demande un peu plus de temps.

En anglais:

Une version qui s’inspire des saveurs du Mexique et une autre aux crevettes chez Simply Recipes

Un classique au poisson de chez Epicurious.

Ces versions sont cependants toutes plus proches du style mexicain que du style péruvien, plus épuré, normalement avec maïs, pomme de terre et onions comme seuls légumes. Vous en avez une bonne recette? Je suis preneuse!

Chicha: What not to do before a 15 hour bus ride

We just tried chicha.  In a proper chicheria.  While sitting on milk cartons right next to giant clay pots of three day old maize juice fermenting away and throwing off a pretty foul odor.  And flies everywhere.  If you are curious to know if this chicheria is in any guidebooks, on any maps, or even googleable – the answer is decidedly no.  This was confirmed by the locals who thought it completely appropriate to pull out cameras and take pictures of us with our glasses of chicha.

And at the same time made friends with a drunken old man who introduced Chloé to his friends as his novia. We are not completely sure whether he spoke Spanish or Quechua but we bought him a glass of chicha anyway. He was quite a friendly character.

The serving size was about one liter. Without even saying anything, we timed our drinking, making sure we finished at the same time to avoid having one of us sitting there with an empty glass – that would be asking for trouble, we’ve been there before with lao lao.

The color is of thick homemade apple juice, the taste ius between bitter corn and tart apples and the texture is… crummy.

We’re about to board an overnight bus. Let’s see how it goes – yes, we have gravol and much, much more.  Until then, follow the jump to see how others have fared…

Breakfast in Cuzco

Just got off of yet another long night bus ride, this time from Arequipa to Cuzco.

Starving, we found a street block packed with small local restaurants. We chose one that advertised a S/.2,50 (about US$0,80) breakfast, in whoch the women of the family were all gathered, peeling potatoes.

So this is what we had. It was sublime.

Cusco breakfast 002Chicken, potatoies and carrots in a light (yellow?) gravy with rice. Bon matin!

Cuy!!!!! Eating Guinea Pig in Peru

That’s it, we ate it! We had our first guinea pig (cuy) in Peru last week. Not to sound cliché or anything but it tastes just like chicken. Very rich dark chicken meat. Quite good, actually. The skin is very crispy and, for the record, it is not hairy.

 

What makes cuy a bit weird, however, is that it is served whole, with head, ears, nails and everything else on. We were sharing and I am keeping these little parts for next time but D did have the ear, a tiny, chewy bit which tasted like sow’s ear (although he’s never had sow’s ear).

 

Currently available in a peruvian grocery store near you.

 Huaraz2 066

Sandboarding and Wine Tasting in Peru

Well well, look who’s sandboarding…

 

Huacachina 111

Sorry for the break – Marie-Christine – but after a 4 days trek in the Cordillera Blanca, a steak served with lettuce that everybody ate but shouldn’t have and another freezing day in Lima, we needed to rest. We took a bus from Lima on Wednesday and went down the coast to Ica, an hour south of Pisco. From there we hopped into a taxi to the desert oasis of Huacachina, featured on the back of the 50 soles note.

Huacachina is simply out of this world. It is an artificial oasis created a very long time ago and its sole purpose is tourism but still, none of this affects its charm. It may even make it even more otherworldly. The fact that we are here during low season also makes it a lot better. Over the 3 days we spent here, hostels and restaurants never filled up and we got to know every single French speaker who ate at our hostel’s restaurant. Although Huacachina has the reputation of being a big party destination for backpackers, it was very relax and quiet while we were there.

 

We stayed at Hospedaje del Barco and pretty much did nothing every day. The first day, we had breakfast, went for a walk around the lagoon and went back to bed until 2 pm. Over our three days here though, we managed to sneak in a few winery tours as well as wine and pisco tastings in Ica (we just hired a cab driver on the street to take us and negociated an hourly rate with him) as well as some… sandboarding.

Huacachina 044

Oh yes, we sandboarded. We really were not planning to. In a slightly backpackery arrogant way, we thought that it was way too dangerous and that it was a completely ridiculous thing to do – why would one want to go and break and arm and a leg in the middle of the peruvian desert, really? But then we got here. And we saw the dunes. And we changed our minds. “Why would one come all the way out here, see these majestic dunes and not get involved with them?” became the question. Not sandboarding would simply be an insult, really.

 

So although D was scared out of his mind just like anytime we went skiing, we tried it and we both loved it. It is not as fast as snowboarding, which makes it a lot easier – you don’t loose control the same way you do on snow. Walking up thos dunes in snowboarding boots is kind of a pain but it is well worth it.

La vallée de Santa Cruz et Huaraz

A week since we last posted. In the meantime, we went on an amazing trek in the Cordillera Blanca, north of Lima. This text is in French but Jessie and Rob were with us and blogged all about it right here. Also, Rob did take some pretty amazing pictures that you can find here, here, here and here. More English to come here tomorrow.

Valle de Santa Cruz

Valle de Santa Cruz

Enfin, des nouvelles du Pérou! Il faut dire que ça fait bien 2 semaines que nous sommes ici.

Contrairement à plusieurs, nous avons beaucoup aimé Lima mais nous nous sommes quand même limités à 36 heures dans cette ville avant de quitter pour Huaraz d’où, à la suggestion de plusieurs (une grande brune et un roux, pour ne pas les nommer), nous avions décider d’aller explorer la Cordillère blanche et la vallée de Santa Cruz.

Le trajet s’est extrêmement bien passé. Pour la modique somme de $17 américains, nous avons passé 8 heures dans d’immenses sièges inclinables tout à l’avant du 2e étage d’un autocar de luxe – ça change du Québec où nous avons payé $68 pour 4 heures! Après l’Asie, les bus pérouviens sont un pur bonheur!

Suite aux recommandations de l’ami roux, nous avions réservé une chambre à l’auberge de la mère du guide qu’il nous avait recommandé. Elle est venue nous chercher à la gare et, après une bonne sieste, nous sommes descendu réserver notre trek pour le lendemain avec l’agence de fiston, MountClimb.

Départ à 6h le lendemain matin dans un minibus pour 5 heures de route (oui, 5 heures… c’est les routes péruviennes, vous voyez?) avec notre guide, notre cuisinier, 2 Espagnols, 2 Américains et une Française. Arrêt au village de Vaqueria à 3203m d’altitude pour rejoindre nos ânes, leur maître et sa fillette de 11 ans, Lourdes qui, soyons francs et n’ayons pas peur des mots, rocke en chien. Il faut la voir courir après les ânes égarés dans les flancs de montagne à 6h le matin, sa cape rose aux motifs traditionnels andins nouée solidement autour du cou.

Les premiers jours ont été difficiles. Bien que la première journée fût courte, l’altitude ainsi qu’une belle pluie fine en fin de journée nous ont bien fatigués. Ajoutons à ça une nuit passée dans un sac de couchage trop petit pour D qui, dans son empressement, s’est installé dans le mien avant de s’y endormir et vous avez une idée de l’état dans le quel on se trouvait pour commencer le 2e jour.

Le deuxième jour, c’est l’ascension  vers la passe dans les montagnes, Punta Union, à 4750 mètres d’altitude qui a fait mal. Ceux qui étaient au Pérou depuis plus longtemps ont moins souffert mais pour D et moi, ce fût un effort physique dont on se souviendra. Certains d’entre vous se rappellent peut-être de Sophie qui disait, en parlant de son asthme, qu’elle avait des poumons de poulet? C’est exactement l’image que j’avais en tête pendant la montée. On manque de souffle au point de ne plus pouvoir respirer (légère panique contrôlée), on s’arrête 5 minutes, tout revient à la normale, on repart et, 15 pas plus tard, ça reprend.

Aussi difficile que ça puisse être, ça vaut le coup. La vallée est tout simplement magnifique et les jours qui ont suivi furent incroyables : soleil, ciel bleu, montagnes immense de chaque côtés, ânes recouverts de bagages qui nous dépassent à la course suivis de quelques chiens. On est meme tombés sur une petite famille qui vend des bouteilles de bières aux touristes et qui utilise une éolienne maison pour recharger les batteries de leur radio!

Huaraz1 281

Bref, mis à part la fatigue et le début de grippe, on serait bien repartis pour un autre trek le lendemain matin. À la place, nous sommes sortis avec notre groupe, avons mangé du cochon d’Inde ainsi que la petite salade qui venait avec et n’avons plus été les mêmes depuis.