Lima

Pérou et ceviche

Leaving Peru for Chile tonight, we are a bit sad to leave the land of ceviche. Here are a few links to some recipes but they all seem to be more Mexican inspired than Peruvian. Do you have any good Peruvian ceviche recipes? Please share in the comments!

On nous a raconté toutes sprtes d’histoires d’horreur sur le Pérou: c’est hyper dangereux, tout le monde veut vous arnaquer, vous n’allez manger que des pommes de terre et rien d’autre… Et bien non, non et non. À la veille de notre départ pour le Chili, nous nous sentons plutôt nostalgiques.

Picnik collage

Nous avons beaucoup aimé le Pérou et avons trouvé les Péruviens très chaleureux. Oui, il faut faire attention, mais pas plus (probablement moins) qu’ailleurs – à moins que ça soit la barbe de D qui ait tenu les malfrats au loin? Oui, les agences sont rapaces mais c’est comme partout ailleurs et on n’a eu recours à leurs services qu’une seule fois. Finalement, oui, il y a beaucoup de pommes de terre mais il y a aussi le ceviche. Et mon Dieu qu’il va nous manquer celui-là.

Qu’est-ce que c’est exactement, un ceviche? C’est tout simplement une sélection de poissons et/ou de fruits de mer, crus et marinés dans un mélange d’acides (jus de lime ou de citron par exemple) et d’épices. Il ‘y a pas de recette unique, le jus varie de famille en famille, de région en région et de restaurant en restaurant. Il s’agit d’en essayer plusieurs et de trouver son favori!

Je n’ai jamais fait de ceviche à la maison mais après m’en être gavée au Pérou, j’ai bien hâte de mettre ces quelques recettes à l’essai:


En français:

Ceviche lime et citron chez Banlieusardises, avec beaucoup de légumes et assaisonné à la coriandre

Chez Ricardo, une version un peu plus élégante: le tiradito, qui s’apparente au crudo italien. Un ceviche dans lequel le poisson est coupé en fine tranches. Excellent, masi demande un peu plus de temps.

En anglais:

Une version qui s’inspire des saveurs du Mexique et une autre aux crevettes chez Simply Recipes

Un classique au poisson de chez Epicurious.

Ces versions sont cependants toutes plus proches du style mexicain que du style péruvien, plus épuré, normalement avec maïs, pomme de terre et onions comme seuls légumes. Vous en avez une bonne recette? Je suis preneuse!

Chicha: What not to do before a 15 hour bus ride

We just tried chicha.  In a proper chicheria.  While sitting on milk cartons right next to giant clay pots of three day old maize juice fermenting away and throwing off a pretty foul odor.  And flies everywhere.  If you are curious to know if this chicheria is in any guidebooks, on any maps, or even googleable – the answer is decidedly no.  This was confirmed by the locals who thought it completely appropriate to pull out cameras and take pictures of us with our glasses of chicha.

And at the same time made friends with a drunken old man who introduced Chloé to his friends as his novia. We are not completely sure whether he spoke Spanish or Quechua but we bought him a glass of chicha anyway. He was quite a friendly character.

The serving size was about one liter. Without even saying anything, we timed our drinking, making sure we finished at the same time to avoid having one of us sitting there with an empty glass – that would be asking for trouble, we’ve been there before with lao lao.

The color is of thick homemade apple juice, the taste ius between bitter corn and tart apples and the texture is… crummy.

We’re about to board an overnight bus. Let’s see how it goes – yes, we have gravol and much, much more.  Until then, follow the jump to see how others have fared…

36 heures et des miettes à Lima – le plan

Au moment où vous lisez ces lignes, nous sommes déjà à Lima mais vous me lirez en différé puisque j’écris ce texte de l’avion, avec une vue sur ce qui me semble être la côte Pacifique tout au sud de la Colombie. Nous atterrirons à Lima dans 90 minutes et je crois bien que nous sommes prêts.

Lima 1 001

On atterrit vers 13h30 et l’hôtel devrait avoir envoé quelqu’un pour nous y accueillir et nous emmner ves le quartier de Barranca, juste à l’est de Miraflores et supposé être le quartier « artiste-bohémien » de Lima.

Au programme cet après-midi : explorer le quartier et ses différentes galeries d’art traditionnel/contemporain local, idéalemnet une balade dans le parc Kennedy de Miraflores si on peut y aller à pied et, encore idéalement, commencer la soirée avec un Pisco Sour dans un café.

Dîner dans notre quartier branché qui, ai-je lu, est rempli de bonnes cevicherias et si on se sent d’humeur, on poursuivra peut-être la soirée dans les bars du quartier. Mais bon, c’est lundi quand même, on verra.

Jour deux, lever tôt – assez de grasses matinées déjà cette semaine, entre Québec, New York et Panama, ça suffit – et promenade dans le centre-ville, dans la zone piétonnière autour de Plaza Mayor. Street food, architecture coloniale marchésà touristes et après-midi soit dans Chinatown, soit dans Miraflores.

Soirée probablement encore une fois dans le quartier, mes envies de haute cuisine pérouvienne refoulées faute de budget (faut être raisonnable dans la vie) (grrrr).

Départ mercredi matin en bus pour Huaraz. On se tape le sentier de Santa Cruz, avec guide et équipement. Ce fût recommandé par différents amis, des grands randonneurs experts aux amateurs du dimanche, alors ça devrait valoir la peine. Ça nous coûte un gros $130 par personne par jour, ce qui est probablemnet le prix de deux repas gastronomiques pour deux mais bon, c’est tout inclus et on risque de manger pas mal de ma nouvelle passion culinaire après le ceviche : les plats de riz et haricots. On fait ce qu’on peut!

Lima Food Planning

My sister made up this song when she went to Peru for the first time and as much as D likes potatoes, we both agreed that we’ll get enough of them even by trying to eat well.

Lundi, qu’est-ce qu’on mange – des patates!

Mardi, qu’est-ce qu’on mange – des patates!

Mercredi, qu’est-ce qu’on mange – des patates!

Jeudi, qu’est-ce qu’on mange – des patates!

Vendredi, qu’est-ce qu’on mange – des patates!

Samedi, qu’est-ce qu’on mange – des patates!

Dimanche, qu’est-ce qu’on mange – des patates et du riz!!!!!!!


I have been looking forward to the food in Peru for the past year and to be honest, the song kind of scared me. I know one can eat well in Peru and I hope to be able to do it even on our budget so here are my research notes from Chowhound.

Chinatown: Peruvian Chinese seems great and I really miss Asian food

–  “Pato con frutas” is one of my favorites.. it’s a sort of sweet and sour duck.

Get anticuchos from a street vendor: marinated, skewered, veal or beef heart. We’ve had some at one of my favorite restaurants in New York and also had a Laos in Vientiane. Can’t wait for the real Peruvian thing.

Try andean trout

And, of course, potatoes:

There are over 200 types of potatoes in Peru.. so keep your eyes out for the SMALL cafes — they’re more likely to have the locally grown ingredients.

Cancha, the toasted corn kernels, served before the meal at cebicherias – I really want to eat ceviche!!!

Coca tea – we have some at the hostel here in PC, will try tomorrow, should be an appetite suppressant, which may help our budget…!

Alpaca meat:

– Pachapapa in Cuzco had an AMAZING alpaca anticucho

– Alpaca loin

Alpaca meat in Cusco from mmm-yoso on Flickr

Alpaca meat in Cusco from mmm-yoso on Flickr

May want to try Astrid y Gaston, a classic that has been recommended by many although it is quite pricey for Peru.

Again, if we feel like spending more than $5 per head , Huaca Pucllana for gourmet traditional Peruvian food.

Pepino Melons – fruits!!!

Marinated sliced radishes – veggies!!!

A few more Cusco notes:

Parallel to Avenida del Sol is a street called Pampas de Castillo, there are several Chicharonerias lining the street. During lunch they wheel some of the fryers into the street, so all you smell is pork and chicken frying.

Enough planning now – off to get some parilla now.